La légende des hirondelles : légende picarde

Même si le temps ne nous fait pas penser à la nouvelle saison, nous sommes au printemps. Cette saison annonce le retour d’un oiseau que l’on voit que quelques mois dans l’année : l’hirondelle. J’ai trouvé dans un ouvrage "LEGENDE DE PICARDIE – tome 2", une légende sur cet oiseaux. Je vous la communique en remerciant les auteurs de ce livre : Yvan Brohard, Jean-François Leblond et Marine Oussedik pour les illustrations. J’espère qu’ils me pardonneront d’avoir copié une partie de leur ouvrage. Cette légende se situe aux pages 21 à 23.
 
photo du net
 
"LA LEGENDE DES HIRONDELLES"
 
"Dieu créa un jour deux oiseaux dont la blancheur des ailes rappelait celle des anges. En même temps, il les nomma "hirondelles" et leur confia le soin d’apporter aux hommes sa bénédiction :
"C’est vous qui leur annonceraient le printemps, période des promesses de fleurs et de fruits. Et quand vous bâtirez vos nids dans l’encoignure d’une fenêtre ou sous le rebord d’un toit, vous apporterez à toute la maison, protection et prospérité !"
A ces mots, les oiseaux prirent leur envol et gagnèrent la terre d’un seul trait. Dès leur arrivée, aux jours de tritesse, de pillages, de guerres, succédèrent des jours de paix et de gaieté. Les épidémies cessèrent, les gens devinrent aimables, respectueux de leurs voisins. C’était le paradis sur terre ! Et cela dura des années d’autant que les oiseaux blancs se multipliaient sans cesse et portaient le bonheur dans toutes les contrées…
Jusqu’au jour où un mauvais homme – le diable peut-être? – prit un malin plaisir à détruire un nid d’hirondelles pourtant bien accroché à la façade d’une maison. Il l’abattit à coup de pierres et avec lui les petits, nouvellement éclos qui s’écrasèrent sur le sol laissant leurs parents désemparés, dessinant dans les airs d’impuissantes arabesques, ponctuées de cris désespérés.
D’un coup, face à cet acte de barbarie, toutes les hirondelles, sans même s’être concertées, remontèrent au ciel dans une envolée d’une blancheur immaculée. Aussitôt, les arbres perdirent leurs feuilles et leurs fruits, une pluie glaciale s’abattit sur les champs noyant les récoltes à venir, les hommes reprirent leur ancestrales manies : ils se disputèrent, s’affrontèrent… Et l’on replongea dans une sorte de chaos.
 
Cependant, certains d’entre eux, concients de ce qu’ils avaient perdu par la faute d’un seul, supplièrent Dieu d’être clément, de ne point les punir tous… Et il les écouta : au bout de quelques
semaines revinrent les hirondelles et avec elles la belle saison et des espoirs d’éden. Et tout aurait pu reprendre son cours, si quelques individus, inspiré là encore à n’en pas douter par Satan, ne s’étaient mis dans la tête de capturer des hirondelles et de les enfermer dans une tour dont elles restèraient prisonnières. Ainsi, se disaient-ils, la belle saison durerait toujours !
 
Ils réalisèrent, leur projet, parvinrent à capturer une centaine d’oiseaux et à les emprisonner dans cette cage de pierre. Effrayés, ces derniers se mirent à émettre des cris stridents, réclamant probablement leur liberté, volèrent en tous sens s’abîmant le bout des ailes, le bec, sur les dures parois des murs. Rien n’y fit, ils étaient prisonniers ! Pour faire bonne mesure, les malandrins allèrent même, fatigués d’entendre le claquement de leus ailes, jusqu’à dépouiller les pauvres bêtes de leurs plumes. Entrant dans la tour, ils plumèrent ainsi les hirondelles, comme on plume des poulets, avec cette horrible différence qu’elles étaient vivantes. Un véritable supplice ! Ils s’acharnèrent, les plumes blanches se mirent à voleter dans les airs, s’élevant de plus en plus haut. Et tout à coup, comme sous l’effet d’une baguette magique, elles se transformèrent en flocons de neige, épais et glacés. Le ciel devint d’un noir d’encre un vent terrible se leva ravageant tout sur son passage. Les hommes s’enfuirent, tentant de trouver refuge dans leurs demeures. La tempête se déchaîna, tant et si bien que la tour se fissura en son sommet. Les hirondelles, dont les plumes avaient repoussé comme par miracle, s’envolèrent et disparurent dans le ciel tourmenté, laissant les hommes aux prises avec les éléments déchaînés.
 
Avec le froid, vint la disette ; les maladies ravagèrent des villages entiers. Et une fois de plus, les hommes implorèrent la grâce de Dieu. Magnanime, il pardonna, mais afin que les vices et les mauvaises actions de ces derniers, au moins de certains d’entre eux, ne soient pas oubliés, les "oiseaux du ciel" furent dotés d’un plumage à dominante noire et reçurent l’ordre divin de ne plus rester sur la terre que six mois dans l’année.
 
Jamais plus, depuis cette époque, les hommes ne se sont attaqués aux hirondelles. Ils savent que s’ils le faisaient, ils encourraient les pires calamités. Dieu ne serait pas toujours aussi clément qu’il avait été ! Et pour faire passer le message, pendant des siècles, on entretint dans les veillées, de manière un peu prosaïque peut-être, mais en tous cas très efficace, cette idée que toucher à la moindre plume d’une hirondelle "gâte le lait des vaches et en sang le transforme !"
 
La localisation de cette légende est difficile, dans la mesure où nombre de villages ou de bourg picards, ne veulent porter la responsabilité d’un tel acte. Des bruits courent toutefois que l’épisode se serait déroulé à Clermont de l’Oise."
 
Voilà la fin de la légende. J’espère que des hommes n’ont pas trop commis actuellement les actes descrits dans l’histoire. Cela pourrait résulter le réchauffement de la terre et les saisons complètements chamboulées. J’espère revoir des hirondelles assez vite, cela me rassurerait.
Cet article a été publié dans Légendes et tradictions de nos régions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La légende des hirondelles : légende picarde

  1. Ar Men dit :

    Quelle superbe histoire! C\’ est le genre d\’histoire que j\’aime…..Merci du partage!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s